Écologie

Les éco-gestes au quotidien

ÉCO-GESTES
Vous vous demandez pourquoi votre facture d’électricité est si élevée ? Comment diminuer celle-ci ? Comment détecter les postes les plus énergivores de votre habitation ?

Dans un monde où notre consommation énergétique est devenue un enjeu sociétal, durable et économique, il est primordial d’avoir une maîtrise de cette dernière. Comme vous l’aviez sûrement remarqué, notre facture d’électricité est étroitement liée à notre consommation d’électricité. Néanmoins, il est possible de diminuer celle-ci, en changeant partiellement nos habitudes et adoptant les bons gestes.
Ce guide vous permet donc d’identifier les mesures à prendre pour réduire votre facture d’électricité et à changer. Celui-ci est organisé en sept parties, représentant les principaux postes de consommations d’une maison :

  1. Le froid
  2. L’audiovisuel et le multimédia
  3. Lavage
  4. L’éclairage
  5. La cuisson
  6. La ventilation et la protection solaire
  7. La climatisation

LE FROID

1.Pourquoi opter pour un réfrigérateur à étiquette énergétique verte ?

Le réfrigérateur et le congélateur fonctionnent en permanence. D’où l’intérêt d’opter pour un appareil économe en énergie ! L’étiquette énergétique est un atout pour comparer les consommations des équipements provenant d’Europe, d’Australie ou de Chine, en tenant compte de nos conditions locales (notamment la température). À ce titre, il est préférable de sélectionner des équipements conçus pour un usage en climat tropical (classe climatique T), entre 18°C et 43°C. Les appareils les moins performants sont souvent moins chers à l’achat, mais ils seront beaucoup plus coûteux à long terme. Ainsi, un appareil de froid A+++ (consommation faible) peut consommer jusqu’à 60 % de moins d’électricité qu’un appareil de classe A (consommation élevée).

En vous aidant de l’étiquette énergétique, vous saurez si l’équipement convoité est peu, moyennement ou fortement consommateur : à vous de faire le bon choix en privilégiant le plus petit nombre de kWh
« Opter pour un appareil économe en énergie ! »

2.Comment bien choisir la taille de son réfrigérateur ?

  Le volume nécessaire dépend de la taille de la famille :

  • Pour 1 personne, privilégiez un volume compris entre 100 et 150 L
  • Pour 2-3 personnes, privilégiez un volume compris entre 150 et 250 L
  • Pour 3-4 personnes, privilégiez un volume compris entre 250 à 350 L
  • Pour plus de 4 personnes, privilégiez un volume compris entre 350 et 500 L

Plus un appareil est gros, plus il consomme. Il faut donc trouver le bon compromis entre sa taille et les besoins de votre famille. Par exemple, les réfrigérateurs américains consomment en moyenne 3 fois plus qu’un réfrigérateur classique !

3.Où et comment placer son réfrigérateur chez soi ?

Ne pas placer le réfrigérateur ou le congélateur près d’un four, d’une cuisinière ou derrière une vitre exposée aux rayons du soleil : cela oblige les appareils de froid à consommer plus pour fournir la bonne température. Si on ne peut pas faire autrement, prévoir une plaque très isolante entre les appareils électroménagers.

Un réfrigérateur ou congélateur est une machine qui évacue la chaleur par une grille placée à l’arrière. Une libre circulation de l’air autour de l’équipement facilite l’évacuation de cette chaleur et réduit la consommation électrique.

Il faut donc impérativement laisser un espace d’au moins 15 cm entre lui et le mur.

4.En quoi un réfrigérateur propre est plus bénéfique ?

La poussière et la saleté accumulées empêchent l’évacuation de la chaleur et peuvent être à l’origine de 20 % de l’électricité consommée par l’appareil. Il faut donc nettoyer régulièrement. Il est nécessaire de limiter la formation de givre qui peut aussi augmenter la consommation de plus de 20 % (les équipements à froid ventilé - ou No frost - assurent automatiquement la déshumidification). Dans tous les cas, couvrez les liquides et enveloppez les légumes placés dans le frigo. En cas de formation de givre (supérieur à 3 mm), pensez à dégivrer.

5.La porte !

En plaçant des plats chauds au réfrigérateur, vous réchauffez l’appareil, ce qui entraîne une surconsommation ! De même, réfléchissez à ce que vous allez prendre avant d’ouvrir la porte de votre appareil, afin de l’ouvrir le moins souvent et le plus brièvement possible (moins de pertes de froid et d’entrée de vapeur d’eau à l’origine du givre).

« En plaçant des plats chauds au réfrigérateur, vous réchauffez l’appareil »

AUDIOVISUEL ET MULTIMEDIA

1.Comment bien choisir ses appareils audiovisuels ?

Tout comme pour l'acquisition d'un appareil électroménager, les renseignements utiles pour comparer les différents équipements sont à trouver sur les étiquettes énergétiques, ainsi que dans les caractéristiques techniques des appareils (consommation totale et consommation en veille).

A titre d'exemple, la consommation d’un téléviseur augmente avec sa taille : en multipliant par 2 la taille de l’écran, on multiplie par 4 sa consommation. Les téléviseurs à écran LCD consomment 1,6 fois plus, ceux à écran plasma 3,5 fois plus que les téléviseurs à tube cathodique. N’achetez donc pas d’écran surdimensionné, très gourmand en énergie !

« Opter pour un appareil économe en énergie ! »

2.Pourquoi mes appareils éteints consomment-ils ?

Que votre écran soit en veille ou éteint, il consomme toujours de l’énergie. TV, chaîne Hi-Fi, lecteur DVD… coupez complètement l’alimentation de ces appareils à l’aide de multiprises munies d’un interrupteur. Les équipements informatiques (unité centrale, écran, enceintes, modem, imprimante, etc.) peuvent également être éteints simultanément. Il est ainsi facile de ne pas laisser les équipements en veille en permanence et cela peut représenter jusqu’à 10 % d’économies sur la facture totale d’électricité.

« Coupez complètement l’alimentation de ces appareils à l’aide de multiprises munies d’un interrupteur ! »

3.Pourquoi mes appareils en veille ou éteints continuent-ils de consommer ?

Que votre écran soit en veille ou éteint, il consomme toujours de l’énergie. TV, chaîne Hi-Fi, lecteur DVD… coupez complètement l’alimentation de ces appareils à l’aide de multiprises munies d’un interrupteur. Les équipements informatiques (unité centrale, écran, enceintes, modem, imprimante, etc.) peuvent également être éteints simultanément. Il est ainsi facile de ne pas laisser les équipements en veille en permanence et cela peut représenter jusqu’à 10 % d’économies sur la facture totale d’électricité.

4.Pourquoi débrancher son chargeur et éteindre ses appareils ?

Les chargeurs continuent de consommer de l’énergie quand ils restent branchés, même si l’appareil n’est plus connecté. Par ailleurs, certaines batteries supportent mal d’être maintenues branchées une fois rechargées. Débranchez les chargeurs dès que les appareils sont rechargés. C’est une économie d’énergie et la garantie d’une plus grande durée de vie pour vos appareils.

Réglez votre ordinateur afin qu’il se mette en veille le plus rapidement possible quand vous ne l’utilisez pas et choisissez un fond noir pour votre écran de veille. Si vous quittez votre ordinateur pour quelques minutes, éteignez l’écran. Et éteignez votre ordinateur dès que vous ne l’utilisez plus. Vous allongerez par la même occasion sa durée de vie.

5.Halte au suréquipement !

La multiplication des appareils électriques entraîne logiquement une augmentation des consommations. Sur toute une année, la plupart des appareils électriques consomment plus à l’arrêt qu’en fonctionnement. C’est particulièrement le cas avec les télévisions dans les chambres car celles-ci fonctionnent de façon intermittente, parfois juste quelques minutes avant le sommeil.

LAVAGE

1.Pourquoi opter pour une machine à laver à étiquette verte ?

L’étiquette énergétique est un atout pour comparer les consommations des équipements provenant d’Europe, d’Australie ou de Chine, en tenant compte de nos conditions locales (notamment la température). En vous aidant de l’étiquette énergétique, vous saurez si l’équipement convoité est peu, moyennement ou fortement consommateur : à vous de faire le bon choix en privilégiant l’étiquette verte !

2.Comment économiser grâce à sa machine à laver et son lave-vaisselle ?

Utilisez la température la plus basse possible : de nombreux produits nettoyants sont efficaces à froid et pour le linge, un cycle à 90°C consomme 3 fois plus d’énergie qu’un lavage à 40°C. Pour du linge ou de la vaisselle peu sale, utilisez le programme «éco» qui lave à température plus basse et permet ainsi de réduire la consommation jusqu’à 45 % par rapport aux cycles longs.

80 % de l’énergie consommée par un lave-linge ou un lave-vaisselle sert à chauffer l’eau. Moins il utilise d’eau, et plus la température est faible, moins il consomme d’énergie.

3.Comment choisir son lave-linge ou lave-vaisselle ?

Évitez d’acheter un équipement surdimensionné, même performant, s’il ne correspond pas à vos besoins. En général la charge moyenne d’une machine à laver est de 4 kg. Inutile de s’équiper d’un modèle de 7 ou 8 kg de capacité si vous n’en avez pas l’usage. À chaque lessive, le tambour doit être bien rempli : un lavage pleine charge consommera toujours moins que deux lavages demi-charge. Pour information, un lave-vaisselle 12 couverts est suffisant pour une famille de 4 personnes.

4.Comment utiliser le soleil à votre avantage ?

Sachant que 80 % de l’énergie consommée par un lave-linge ou un lave-vaisselle sert à chauffer l’eau, raccorder ses équipements directement à votre chauffe-eau solaire vous permettra de diminuer significativement vos consommations d’électricité.

Séchez votre linge à l’air libre plutôt qu’avec un sèche-linge, c’est un excellent moyen d’économiser de l’électricité. Les conditions climatiques (alizés, soleil) en Nouvelle-Calédonie ne justifient pas l’emploi d’un sèche-linge, sauf peut-être quelques jours dans l’année.

« 80 % de l’énergie consommée par un lave-linge ou un lave-vaisselle sert à chauffer l’eau »

ÉCLAIRAGE

1.Comment choisir son éclairage efficacement ?

Choisissez la puissance de vos lampes en fonction de leur usage car toutes les activités ne nécessitent pas la même intensité lumineuse : repas, lecture, travail de précision, etc. Adaptez le nombre de points lumineux et leur intensité à chaque utilisation.

Une lampe basse consommation de 20 W convient pour lire ou travailler, une de 5 W suffit pour regarder la télévision ou être devant un ordinateur. Privilégiez les éclairages autonomes de type solaires à LED pour les éclairages d’ambiance extérieurs ou pensez à les éteindre quand vous rentrez à l’intérieur ou vous absentez de chez vous.

«3 ampoules de 75 W qui restent allumées une soirée consomment autant qu’une lessive à 60°C !»

2.Pourquoi installer des ampoules basse-consommation ?

Remplacez les ampoules qui restent en général allumées plus d’une demi-heure par des ampoules basse consommation. Une ampoule basse consommation de 15 W consomme 4 fois moins d’énergie mais émet autant de lumière qu’une ampoule à incandescence de 60 W. En outre, elle chauffe beaucoup moins et peut durer jusqu’à 15 fois plus longtemps. Le surcoût d’une ampoule basse consommation de 20 W par rapport à une ampoule classique de 100 W est amorti en un an environ.

3.Mes lampes halogènes sont-elles basses-consommation ?

Par ailleurs, si vous utilisez un halogène sur pied, ce n’est pas parce que vous diminuez l’intensité que vous consommez moins ! Si vous réduisez l’intensité d’un halogène de 50 %, il émet 2 fois moins de lumière mais consomme encore 75 % d’électricité ! Remplacez l’éclairage halogène sur pied, très énergivore (150 à 500 W), par des lampadaires fonctionnant avec des ampoules économiques, voire avec des lampes LED. Mais pensez à débrancher complètement votre lampe halogène : même éteinte, elle consomme encore jusqu’à 10 W/h.

4.Un éclairage néon est-il une alternative ?

Les tubes fluorescents (néons) utilisent une technologie identique aux ampoules basse consommation, avec des performances similaires, voire supérieures. Ils existent en diverses tailles (T5 mm, T8 mm) et leur indice de rendu de couleur (IRC) offre à présent des ambiances lumineuses chaleureuses. On peut les utiliser comme éclairage d’appoint, par exemple dans la cuisine, la salle de bain, le garage, etc. Au moment de l’achat, préférez les systèmes à ballasts électroniques aux ballasts ferromagnétiques : ils permettent une réduction de 15 % de la consommation électrique et peuvent augmenter jusqu’à 50 % la durée de vie du néon.

5.Comment automatiser la gestion de son éclairage ?

Entre autres perfectionnements, la domotique permet de mieux gérer ses éclairages, par exemple en automatisant les extinctions ou en réglant l’intensité lumineuse en fonction de l’heure de la journée. De tels dispositifs favorisent donc les économies d’énergie.

6.Ici ce n'est pas Versailles !

Éteignez les lumières inutiles ! 3 ampoules de 75 W qui restent allumées une soirée consomment autant qu’une lessive à 60°C ! Voilà un gaspillage d’énergie qui peut être évité facilement, en éteignant les lumières d’une pièce dès qu’on s’en absente. Par ailleurs, privilégiez toujours l’éclairage naturel. La lumière du jour est la meilleure pour l’œil humain. Ouvrez volets et rideaux dès vos premières activités et agencez votre espace intérieur pour profiter au mieux de cet éclairage naturel.

LA CUISSON

1.Faire des économies d'énergie en cuisinant, est-ce possible ?

Oui ! Vous pouvez économiser 25 % de l’énergie nécessaire à la cuisson en plaçant un couvercle sur vos casseroles quand vous cuisinez. Mieux : vous pouvez réaliser un gain de 40 à 70 % en temps et en énergie avec un récipient à pression (cocotte). Pensez également à réduire la température dès que l’eau bout.

2.Comment dégivrer ses aliments intelligemment ?

Les aliments peuvent se décongeler à l’intérieur du réfrigérateur. C’est moins rapide et il faut s’y prendre à l’avance mais cela ne consomme aucune énergie supplémentaire et fait même économiser de l’énergie au réfrigérateur en lui apportant du froid !

3.Plaques de cuisson au gaz ou électriques, que choisir ?

Préférez les plaques au gaz plutôt qu’électriques. En Nouvelle-Calédonie, ce choix représente un vrai geste environnemental et durable : à cuisson identique, il faut 3 fois l’énergie fossile consommée par les plaques au gaz pour produire l’électricité nécessaire à la plaque électrique.

La cuisson au gaz est également la plus économique : une heure de cuisson au gaz avec une plaque moyenne (1200 Wh) coûte 19,75 F/h (tarifs novembre 2013), avec une plaque à induction (800 Wh) 25,79 F/h (tarifs janvier 2014), une plaque vitrocéramique (1000 Wh) 32,24 F/h et une plaque classique en fonte (1200 Wh) 38,68 F/h.

4.La porte du four !

Ouvrir la porte d’un four pendant qu’il fonctionne gaspille beaucoup de chaleur : pour vérifier la cuisson de votre plat, mieux vaut se servir de l’éclairage de contrôle. De même, vous pouvez utiliser la chaleur résiduelle de votre four et de vos plaques électriques une fois éteints, pour finir une cuisson, décongeler ou réchauffer des aliments

Ventiler ou extraire la chaleur et l’humidité quand on cuisine permet de limiter la sensation d’inconfort dans le logement, mais aussi le recours à la climatisation.

LA VENTILATION ET PROTECTION SOLAIRE

1.Et si on laissait place à la ventilation naturelle ?

Laisser les portes et fenêtres ouvertes facilite un flux de ventilation naturelle à travers le logement. Cela permet d’assurer un bon renouvellement de l’air au sein des pièces, d’évacuer la chaleur et d’apporter une sensation de fraîcheur. En cas de courant d’air important, pensez à réduire la surface d’ouverture de vos fenêtres et à utiliser des dispositifs de blocage de portes afin d’éviter qu’elles claquent. Une aubaine d'avoir des alizés en Nouvelle-Calédonie, profitons-en !

2.Comment bien choisir son ventilateur/brasseur d'air ?

Les brasseurs d’air ont pour fonction d’améliorer la ventilation naturelle quand le vent n’est pas suffisant. Pour être performant, un brasseur d’air doit avoir un diamètre minimum de 1,40 m, des pales orientées, une consommation de 80 W maximum et être installé au minimum à 30 cm en dessous du plafond (distance pales-plafond). Pour une bonne performance énergétique et une motorisation de qualité, sélectionnez lors de l’achat un équipement possédant le label Energy Star.

« Pour être performant, un brasseur d’air doit avoir un diamètre minimum de 1,40 m »

3.Comment rafraîchir sa maison naturellement ?

Les surfaces vitrées, si elles sont exposées au soleil, sont des pièges à chaleur. Afin de limiter ces apports de chaleur, de nombreuses solutions sont envisageables pour les vitrages exposés : brise-soleil, débords, persiennes, volets, stores extérieurs…

Les espaces verts aux abords du logement apportent de la fraîcheur par leur ombrage et en absorbant le rayonnement du soleil. Les surfaces bétonnées, bitumées ou carrelées contribuent au contraire à renvoyer la chaleur vers le logement. Pensez à planter des espèces végétales pour protéger votre logement du soleil (attention cependant à ce que les plantations ne constituent pas un obstacle au vent, à la production d’eau chaude ou d’électricité photovoltaïque).

4.Pourquoi est-il nécessaire d'avoir une bonne isolation ?

Une bonne isolation en toiture est utile pour éviter que la température n’augmente trop dans votre logement. Un toit exposé au soleil toute la journée surchauffe, diffuse et rayonne la chaleur dans le logement, générant ainsi une chaleur inconfortable pour les occupants. Une première protection consiste à renvoyer au maximum le rayonnement du soleil en optant pour une teinte de toiture claire, ce qui peut réduire jusqu’à 40 % les apports de chaleur dans un logement.

Une isolation complémentaire de 5 à 8 cm en fonction du choix de l’isolant (ouate de cellulose, polystyrène, laine de verre/ roche) peut réduire à seulement 2 % les apports de chaleur du soleil.

Pour plus de confort et d’économie dans votre logement, consultez le guide « Construire avec le climat en Nouvelle-Calédonie », disponible ici

CLIMATISATION

1.Comment bien utiliser sa climatisation ?

Tout d'abord, privilégiez toujours la ventilation naturelle à la climatisation ! L’utilisation d’une climatisation entraîne automatiquement une augmentation significative de la facture d’électricité, elle ne doit donc être utilisée qu’en cas de nécessité. Selon les performances de l’appareil et son usage, la facture mensuelle d’électricité peut varier de 3 500 F à 17 000 FCFP par mois pour une unité de 9000 BTU (British Thermal Unit, unité d’énergie utilisée pour déterminer la capacité de refroidissement des climatiseurs)

« Privilégiez toujours la ventilation naturelle à la climatisation ! »

Réalisez des économies : 1°C de moins, c’est près de 15 % en plus sur votre consommation électrique. Par ailleurs, tirez le meilleur parti de votre équipement en utilisant les fonctions de votre télécommande : adaptez la vitesse de ventilation, utilisez la fonction déshumidification seule au début et à la fin de la saison fraîche, programmez votre climatiseur (mode nuit, horloge…), actionnez la fonction balayage pour une meilleure répartition de l’air, éteignez votre climatiseur après utilisation.

«1°C de moins, c’est près de 15 % en plus sur votre consommation électrique »

2.Comment choisir une bonne climatisation ?

Il convient de choisir un matériel performant, adapté à la pièce à climatiser. Un climatiseur tropicalisé classe climatique T est conçu pour un fonctionnement dans nos conditions locales. Choisir un compresseur de type Inverter (environ 30 % d’économies sur les consommations ; amortissement sur 2 ans) et un appareil possédant un coefficient de performance EER (Efficacité Energétique en Refroidissement) supérieur à 3,1 (classe verte calédonienne). Vérifiez l’absence de R22 (gaz appauvrissant la couche d’ozone) pour préserver l’environnement et le climat.

3.Comment entretenir sa climatisation ?

Quand vous avez fait l’acquisition de votre climatiseur, vous avez certainement souscrit un contrat de maintenance. N’hésitez pas à rappeler le prestataire pour un entretien approfondi de votre équipement (si vous n’avez pas de contrat de maintenance, rapprochez-vous d’un professionnel). Le contrat doit prévoir :

  1. Le nettoyage des filtres et du bac de condensats tous les 3 mois
  2. Le nettoyage des batteries tous les ans
  3. Le contrôle électrique tous les ans
  4. Le nettoyage et la désinfection de préférence sous pression tous les ans
  5. Le contrôle et la recharge en fluide frigorigène tous les ans

Sans entretien, vos consommations augmentent de plus de 40% et votre climatiseur aura une très faible durée de vie.

4.Ne climatisez pas l'extérieur !

Laisser les portes ou les fenêtres ouvertes entraîne une très forte augmentation de la consommation d’électricité et une dégradation de la durée de vie de votre appareil. Il est par ailleurs inutile d’allumer la climatisation des chambres pour les pré-refroidir. Allumer la climatisation à l’avance ne sert qu’à augmenter votre facture d’électricité. Il est indispensable d’aérer les pièces avant de climatiser (pour évacuer la chaleur, cela facilitera le refroidissement par le climatiseur) et après utilisation (pour renouveler l’air vicié et éviter moisissures et microbes).

« Allumer la climatisation à l’avance ne sert qu’à augmenter votre facture d’électricité »

Retrouvez également notre guide sur les bonnes pratiques au format PDF. Ce livret numérique s'inscrivant dans le projet du Point Info Energie co-financé par l'ADEME et L'ACE vous permet de faire votre propre diagnostic énergétique et d'identifier les postes les plus consommateurs de votre maison.